Parcourrez l'histoire de France (et d'Europe) au travers la généalogie des rois et des grands personnages du royaume : Biographie des Mérovingiens, Carolingiens, Capétiens, Valois, Bourbon, et autres grandes familles de l'histoire de France et d'Eurpe
Parcourrez l'histoire de France (et d'Europe) au travers la généalogie des rois et des grands personnages du royaume : Biographie des Mérovingiens, Carolingiens, Capétiens, Valois, Bourbon, et autres grandes familles de l'histoire de France et d'Eurpe Parcourrez l'histoire de France (et d'Europe) au travers la généalogie des rois et des grands personnages du royaume : Biographie des Mérovingiens, Carolingiens, Capétiens, Valois, Bourbon, et autres grandes familles de l'histoire de France et d'Eurpe
Personnage

Philippe IV Le Bel roi de France et de Navarre - le roi de fer (v. 1268 - 29/11/1314)

Né à Fontainebleau - Mort à Fontainebleau

Parents / Familles :

Père : Philippe III roi de France - Le Hardi (30/04/1245 - 05/10/1285)
Mère : Isabelle D'Aragon (v. 1247 - 28/01/1271)

Famille : Capétiens

Titre(s) :

Roi de France Roi de France (v. 1285 - v. 1314)
Roi de Navarre Roi de Navarre (v. 1284 - v. 1305)

Philippe IV de France, dit Philippe le Bel, né à Fontainebleau en 1268, mort le 29 novembre 1314 à Fontainebleau, fut roi de France de 1285 à 1314, le onzième de la dynastie dite des Capétiens directs. Il eut comme précepteur Guillaume d'Ercuis. Surnommé par ses ennemis tout comme par ses admirateurs le "roi de marbre" ou "le Roi de Fer", il se démarque par sa personnalité rigide et sévère. L'un de ses plus farouches opposants, l'évêque de Pamiers Bernard Saisset, dira d'ailleurs de lui : « Ce n'est ni un homme ni une bête. C'est une statue ». Philippe le Bel fut un roi qui souleva au cours de son règne beaucoup de polémiques, le pape Boniface VIII le traitant par exemple de « faux monnayeur ».

Il était fils de Philippe III (1245-1285), dit Philippe le Hardi, roi de France, et de sa première épouse Isabelle d'Aragon (1247-1271). Le 14 août 1284, il épousa Jeanne Ire de Navarre, (reine de Navarre de 1274 à 1305) et fut lui-même titré roi de Navarre (Philippe Ier) de 1284 à 1305. De cette union sont issus sept enfants :

  • Louis X de France (1289-1316), roi de Navarre et roi de France
  • Marguerite de France (1290-1294) (promise en 1294 à Ferdinand IV de Castille)
  • Philippe V de France (v. 1291-1322), roi de France
  • Isabelle de France (1292-1358), reine d'Angleterre en épousant Edouard II (1284-1327)
  • Blanche de France (v. 1293-peu après 1294)
  • Charles IV de France - (1294-1328), roi de France
  • Robert de France (v. 1296-1308)

Pour obtenir l'évacuation de l'armée française de la Guyenne à laquelle Édouard Ier avait permis le passage, ce dernier dut épouser Marguerite, la sœur de Philippe le Bel qui de son côté s'engagea à marier Isabelle, sa propre fille, avec le fils issu de la précédente union, le futur Édouard II. Lille est annexé au royaume par la signature du traité d'Athis-sur-Orge.

Le règne de Philippe le Bel est marqué par ses différends avec le pape Boniface VIII, dont la décrétale Clericis laicos du 24 février 1296 fut le point de départ. Le pape céda bientôt ; les bulles Romana mater (février 1297) et Etsi de statu (juillet 1297) donnèrent au roi gain de cause. Ce dernier document contient une renonciation formelle aux prétentions émises pour la défense des biens ecclésiastiques contre l'arbitraire des rois dans la décrétale Clericis laicos. Boniface VIII, qui avait alors d'autres préoccupations (conflits avec les Aragonais de Sicile et les Colonna) se trouva dans l'embarras, et, en dépit de son caractère hautain, il accepta facilement. Cependant, en 1300, par la bulle "Unam Sanctam", Boniface VIII déclare la supériorité du pouvoir spirituel sur le pouvoir temporel, et par ce biais la supériorité du pape sur les rois, ces derniers étant responsables devant le chef de l'Eglise. En fait, il tente d'instaurer une théocratie. C'en est trop pour Philippe le Bel, qui réunit un concile des évêques de France pour condamner le pape, réunit également des assemblées de nobles et de bourgeois à Paris (précurseurs des Etats Généraux qui apparaîtront pour la première fois sous son règne) : le roi cherche l'appui de tous ses sujets, afin de légitimer la lutte qu'il mène contre le pape. Ce dernier menace d'excommunier Philippe IV et de jeter l'interdit sur le royaume de France. Le roi, fort du soutien de la population et des ecclésiastiques, envoie son Garde des Sceaux le chevalier Guillaume de Nogaret avec une petite escorte armée vers l'Italie, dans le but d'arrêter le pape et de le faire juger par un concile. Nogaret est bientôt rejoint par un ennemi personnel de Boniface VIII, Sciarra Colonna, membre de la noblesse romaine, qui lui indique que le pape s'est réfugié à Anagni. Nogaret et Colonna arrivent à Anagni et trouvent le pape seul dans la grande salle du palais épiscopal, abandonné par ses partisans. Le vieil homme de 88 ans est assis sur un haut siège, en habit de cérémonie, et ne réagit pas à l'irruption de la troupe armée. En voyant Nogaret et Colonna approcher, il incline légèrement la tête et déclare :"Voici ma tête, voici ma tiare : je mourrai, certes, mais je mourrai Pape". Nogaret recule, impressionné, tandis que Sciarra Colonna, dans sa haine de Boniface VIII, s'avance insolemment et lui donne une gifle avec son gantelet de fer. Sous la violence du coup, le vieillard est jeté à bas de son trône et tombe à terre. Voilà à quoi se résume ce que l'on a appelé l'attentat d'Anagni. Peu de temps après, la population de la ville, honteuse d'avoir abandonné le pape, se rue dans le palais et chasse les Français. Mais il est trop tard: la violence dont il a été victime a définitivement ébranlé la raison de Boniface VIII: il meurt un mois plus tard, sans reconnaître ses proches, et en refusant l'extrême-onction. Cet énorme scandale éclaboussa Philippe le Bel, bien qu'il n'en soit pas directement responsable : pour ceux qui ne le savaient pas encore, ils comprirent qu'il valait mieux ne pas s'opposer au roi de France. Celui-ci trouva d'ailleurs en la personne de Clément V, le nouveau pape d'origine française et successeur de Boniface, une personnalité beaucoup plus malléable et obéissante envers la France. Clément V lui sera d'une aide précieuse pour anéantir l'Ordre du Temple.

Le 13 octobre 1307, les Templiers furent mis en prison puis torturés pour admettre l'hérésie dans leur ordre. Le grand maître, Jacques de Molay périt sur le bûcher, à Paris en 1314. C'est lors de son exécution, alors que le pauvre Jacques brûle, qu'il aurait profèré sa célèbre malédiction, exploitée par Maurice Druon : « Maudits, vous serez tous maudits, jusqu'à la treizième génération ». En réalité, selon Geoffroy de Paris, chroniqueur de l'époque, la malédiction est : Dieu sait qui a tort et a péché, et le malheur s'abattra bientôt sur ceux qui nous condamne à tort. Dieu vengera nôtre mort. Seigneur sachez que, en vérité, tous ceux qui nous sont contraire par nous auront à souffrir.


Une succession de malheurs touche ensuite la famille royale capétienne, dont la plus célèbre reste l'affaire des deux brus adultères du roi. Marguerite de Bourgogne (1290-1315), capétienne, fille de Robert II (1248-1306), duc de Bourgogne, et d'Agnès de France (1260-1325), Jeanne de Bourgogne et Blanche de Bourgogne, toutes deux filles d'Othon IV de Bourgogne et de Mahaut d'Artois (Mathilde), épousent respectivement Louis, Philippe et Charles, fils de Philippe le Bel. En avril 1314, année même de la mort de Philippe le Bel, un grand scandale éclate : Marguerite, épouse de Louis déjà roi de Navarre (par sa mère, Jeanne de Champagne et de Navarre) et Blanche, femme de Charles (futur Charles IV le Bel), sont dénoncées par Isabelle, fille de Philippe le Bel et reine d'Angleterre. Elles auraient trompé leur mari sans honte avec deux frères : Philippe et Gautier d'Aunai, tous deux chevaliers de l'hôtel royal. Les deux amants sont jugés et condamnés pour crime de lèse majesté, ils sont exécutés sur le champ en place publique à Pontoise : dépecés vivants, leur sexe tranché et jeté aux chiens, ils sont finalement décapités, leurs corps traînés puis pendus par les aisselles au gibet. Une telle cruauté s'explique par l'affront fait à la famille royale, mais aussi une atteinte aux institutions du royaume : cet acte met en péril la dynastie capétienne. Quelles auraient été la légitimité et l'autorité d'un futur souverain dont on aurait pu mettre en doute la royale paternité ? Les implications politiques sont si graves que le châtiment se doit d'être exemplaire.

Marguerite de Bourgogne est condamnée à être tondue et est conduite dans un chariot couvert de draps noirs à Château-Gaillard. Occupant une cellule ouverte à tous vents au sommet du donjon, elle y meurt en 1315 (certains disent qu'elle fut étranglée, ses conditions d'incarcération ne mettent pas en doute une mort d'usure). Blanche de Bourgogne est aussi tondue mais bénéficie d'un « traitement de faveur » : elle est emprisonnée sous terre pendant sept ans, puis obtient l'autorisation de prendre l'habit de religieuse. Femme du cadet, et non pas du futur roi de France (du moins c'est ce que l'on croit, puisque son époux deviendra roi en 1322), Blanche a donc un traitement moins cruel que sa cousine. Quant à la troisième, Jeanne de Bourgogne, femme du futur Philippe V, elle est enfermée à Dourdan pour avoir gardé ce secret. Soutenue par sa mère Mahaut d'Artois, elle se réconcilie avec Philippe le Long.

Philippe le Bel meurt dans un accident de chasse.



Mariages de : Philippe IV Le Bel roi de France et de Navarre - le roi de fer Mariages / Enfants
DE A AVEC
v. 1284  Jeanne De Navarre - Champagne (v. 1271 - 02/04/1305)
   Enfant de : Philippe IV Le Bel roi de France et de Navarre - le roi de fer Louis X roi de France et de Navarre (04/10/1289 - 04/06/1316)
   Enfant de : Philippe IV Le Bel roi de France et de Navarre - le roi de fer Marguerite de France (v. 1290 - v. 1294)
   Enfant de : Philippe IV Le Bel roi de France et de Navarre - le roi de fer Isabelle de France (v. 1292 - v. 1358)
   Enfant de : Philippe IV Le Bel roi de France et de Navarre - le roi de fer Blanche  (v. 1293 - v. 1294)
   Enfant de : Philippe IV Le Bel roi de France et de Navarre - le roi de fer Philippe V  (v. 1293 - 03/01/1322)
   Enfant de : Philippe IV Le Bel roi de France et de Navarre - le roi de fer Charles IV Le Bel (19/06/1294 - 01/02/1328)
   Enfant de : Philippe IV Le Bel roi de France et de Navarre - le roi de fer Robert de France (v. 1298 - 01/08/1308)


Dernière mise à jour du site le
Parcourrez l'histoire de France (et d'Europe) au travers la généalogie des rois et des grands personnages du royaume : Biographie des Mérovingiens, Carolingiens, Capétiens, Valois, Bourbon, et autres grandes familles de l'histoire de France et d'Eurpe Parcourrez l'histoire de France (et d'Europe) au travers la généalogie des rois et des grands personnages du royaume : Biographie des Mérovingiens, Carolingiens, Capétiens, Valois, Bourbon, et autres grandes familles de l'histoire de France et d'Eurpe
Parcourrez l'histoire de France (et d'Europe) au travers la généalogie des rois et des grands personnages du royaume : Biographie des Mérovingiens, Carolingiens, Capétiens, Valois, Bourbon, et autres grandes familles de l'histoire de France et d'Eurpe