Parcourrez l'histoire de France (et d'Europe) au travers la généalogie des rois et des grands personnages du royaume : Biographie des Mérovingiens, Carolingiens, Capétiens, Valois, Bourbon, et autres grandes familles de l'histoire de France et d'Eurpe
Parcourrez l'histoire de France (et d'Europe) au travers la généalogie des rois et des grands personnages du royaume : Biographie des Mérovingiens, Carolingiens, Capétiens, Valois, Bourbon, et autres grandes familles de l'histoire de France et d'Eurpe Parcourrez l'histoire de France (et d'Europe) au travers la généalogie des rois et des grands personnages du royaume : Biographie des Mérovingiens, Carolingiens, Capétiens, Valois, Bourbon, et autres grandes familles de l'histoire de France et d'Eurpe
Personnage

Philippe V d'Anjou roi d'Espagne (v. 1683 - 09/07/1746)

Parents / Familles :

Père : Louis de France - Le Grand Dauphin (01/11/1661 - 14/04/1711)
Mère : Marie-Anne De Baviere (v. 1660 - 20/04/1690)

Famille : Bourbon-Anjou

Titre(s) :

Duc d'Anjou (v. 1683 - v. 1700)

Philippe V (Versailles, 19 décembre 1683–Madrid, 9 juillet 1746), roi des Espagnes et des Indes (1700–1746). Né Philippe de France. Deuxième fils du Grand Dauphin et petit-fils de Louis XIV, il est d'abord titré duc d'Anjou.

À la fin des années 1690 se pose le problème dit de la succession d'Espagne : Charles II d'Espagne, surnommé el Hechizado (« l'ensorcelé »), est malingre et contrefait, de santé très délicate et sans postérité. Avant même sa mort, les grandes puissances européennes tentent de s'entendre pour s'approprier son royaume. L'enjeu est important : si l'Espagne allait aux Bourbons, cela augmenterait l'influence déjà immense de Louis XIV. Si l'Espagne allait aux Habsbourg d'Autriche, l'empire de Charles Quint serait reconstitué. Finalement, pressé par le cardinal Portocarrero, son principal conseiller, Charles II choisit la solution française. Le 2 octobre 1700, il fait du jeune duc d'Anjou son légataire universel, bien que l'héritier légitime du trône espagnol fût son père le Grand Dauphin (fils de Marie Thérèse épouse de Louis XIV et sœur aînée de Charles II). En cas de mort ou d'accession sur le trône de France du duc d'Anjou, la couronne espagnole devait revenir au duc de Berry, puis à défaut à l'archiduc Charles (futur Charles VI). Charles II meurt le 1er novembre 1700.

La nouvelle arrive le 9 novembre suivant à Versailles. Le 16 novembre 1700, Louis XIV annonce à la cour qu'il accepte le testament de Charles II. Cette journée est restée célèbre. Le roi de France présente ainsi son petit-fils, âgé de dix-sept ans, qui ne parle pas un mot d'espagnol : « Messieurs, voici le roi d'Espagne ! ». Puis il déclare à son petit-fils : :« Soyez bon Espagnol, c'est présentement votre premier devoir ; mais souvenez-vous que vous êtes né Français pour entretenir l'union entre nos deux nations ; c'est le moyen de les rendre heureuses et de conserver la paix de l'Europe. » Castel dos Rios, l'ambassadeur espagnol, s'exclame : :« Il n'y a plus de Pyrénées ! »

Toutes les monarchies européennes, sauf l'Empire, reconnaissent le nouveau roi.

Le duc d'Anjou quitte Versailles le 4 décembre, lesté d'Instructions en 33 articles de Louis XIV résumant la conception du pouvoir louisquatorzienne. Il arrive à Madrid le 22 janvier 1701. Quelques mois plus tard, les erreurs politiques s'accumulent :

  • Première « erreur », le Parlement de Paris a conservé par lettres patentes, le 1er février 1701, les droits de Philippe V à la couronne de France : cette décision pose, encore aujourd'hui, le problème de la Succession au trône de France.
  • Deuxième erreur, toujours en février, Louis XIV, à la demande du conseil de régence espagnol, envoie des troupes occuper des garnisons hollandaises sur la frontière des Pays-Bas espagnols, garnisons installées en vertu d'un traité bilatéral signé en 1698.
  • Troisième erreur, des Français s'installent aux postes importants à Madrid. C'est également Louis XIV qui pilote le mariage de Philippe V avec Marie-Louise Gabrielle de Savoie, et donne pour guide et camarera mayor au nouveau couple une amie de Madame de Maintenon, la redoutable princesse des Ursins.

Dès lors, les couronnes européennes craignent de voir l'Espagne devenir un protectorat français. C'est la guerre de Succession d'Espagne.

Philippe V sauve finalement son trône grâce aux victoires d'Almansa du maréchal de Berwick en 1707, et du maréchal de Vendôme à Villaciosa et Brihuega, en 1710. Le traité d'Utrecht le confirme dans ses droits, tout en le contraignant à renoncer solennellement, pour lui et ses descendants, à la couronne de France (ces renonciations, discutables d'un point de vue juridique mais enregistrées légalement dans les deux pays, sont l'un des points d'achoppement de la querelle entre orléanisme et légitimisme). Sa couronne lui reste également aux prix de pertes de territoire, notamment Gibraltar, Minorque, et des territoires Italie (Philippe V se fera restituer le royaume de Naples et la Sicile en 1738). L'Espagne reste alors sous influence française, par l'intermédiaire de Jean Orry, chargé des finances, qui mène une politique de centralisation administrative à la française.

À la mort de sa femme, Marie-Louise de Savoie, Philippe V se remarie, en 1714, avec Élisabeth Farnèse, sœur du duc de Parme, par l'intermédiaire de l'abbé Giulio Alberoni, futur cardinal, et âme damnée de la reine. La nouvelle reine fait renvoyer prestement la princesse des Ursins. Son ministre Alberoni, qui gouverne en sous main le faible Philippe V, mène une politique qui conduit, suite à un incident mineur fin 1718 (arrestation en Milanais du Grand Inquisiteur), à une guerre contre la France et l'Angleterre, et finit par être renvoyé en 1719.

En 1724, Philippe V abdique en faveur de son fils aîné Louis, mais la mort prématurée de celui-ci, sept mois plus tard, le fait ceindre de nouveau la couronne. En mars 1725, il rompt avec la France qui lui renvoie sa fille, Marie-Anne-Victoire de Bourbon (1718-1781), surnommée l'Infante-Reine, fiancée de Louis XV. Âgée de sept ans, elle est trop jeune pour être mère, alors que la France a rapidement besoin d'un dauphin. Philippe V se rapproche alors de l'Autriche, obtenant par le traité de Séville de 1729 Parme et Plaisance pour ses fils. Au sortir de la guerre de Succession de Pologne, l'Espagne s'en sert comme monnaie d'échange et les Habsbourg rendent à Philippe V Naples et la Sicile 1738, qui avaient été perdues à Utrecht. Le rapprochement franco-espagnol est scellé par le mariage d'une fille de Louis XV avec l'un des fils de Philippe V.

Enfin, il s'engage dans la guerre de Succession d'Autriche suite aux tensions nées de l'essor maritime de l'Espagne. Il meurt le 9 juillet 1746. Son fils Ferdinand VI d'Espagne lui succède.

Sa descendance, qui régnera sur l'espagne, les deux Siciles, Parme et le Luxembourg. La branche ainée conteste la renonciation de Phiilppe V au tône d'Espagne et revendique la légitimité au trône de France aux Bourbon-Orléan.

Rois d'Espagne :

               Ses fils, Louis Ier, Ferdinand VI, Charles III.
               Charles IV (fils du précédent)
               Ferdinand VII (fils du précédent)
               Isabelle II (fille du précédent)
               Alphonse XII (fils de la précédente)
               Alphonse XIII (fils du précédent)
               Juan Carlos (petit-fils du précédent, souverain actuel)

Rois des Deux-Siciles :

                      Charles, futur Charles III d'Espagne
                      Ferdinand Ier (fils du précédent)
                      François Ier (fils du précédent)
                      Ferdinand II (fils du précédent)
                      François II (fils du précédent)

Grands-ducs de Luxembourg :

                         Jean Ier
                         Henri Ier (fils du précédent, souverain actuel)

autres :

       prétendant carliste au trône d'Espagne (actuel représentant, Juan Carlos Ier)
       prétendant légitimiste au trône de France (Louis (« XX »), « duc d'Anjou »)
       prétendant au trône des Deux-Siciles, branche aînée (Charles (« Ier »), « duc de Calabre »)
       duc de Séville (François de Bourbon)
       ducs de Parme régnant jusqu'en 1860
       rois d'Étrurie (branche des ducs de Parme)
       Zita, dernière impératrice d'Autriche et dernière reine de Hongrie
       Anne, actuelle épouse de l'ex-roi de Roumanie



Mariages de : Philippe V d Mariages / Enfants
DE A AVEC
v. 1701  Marie-Louise De Savoie (v. 1688 - v. 1714)
   Enfant de : Philippe V d Louis Ier d'Espagne (v. 1707 - v. 1724)
   Enfant de : Philippe V d Ferdinand VI D'Espagne (v. 1711 - v. 1759)
v. 1714  Elisabeth Farnèse De Parme (v. 1692 - v. 1766)
   Enfant de : Philippe V d Charles III D'Espagne (v. 1716 - v. 1788)
   Enfant de : Philippe V d Marie-Anne Victoire d'Espagne (v. 1718 - v. 1781)
   Enfant de : Philippe V d Philippe Ier, duc de Parme  (v. 1720 - v. 1765)
   Enfant de : Philippe V d Marie-Thérèse Antoinette Raphaëlle d'Espagne  (v. 1726 - 22/07/1746)
   Enfant de : Philippe V d Marie Antoinette d'Espagne (v. 1729 - v. 1785)


Dernière mise à jour du site le
Parcourrez l'histoire de France (et d'Europe) au travers la généalogie des rois et des grands personnages du royaume : Biographie des Mérovingiens, Carolingiens, Capétiens, Valois, Bourbon, et autres grandes familles de l'histoire de France et d'Eurpe Parcourrez l'histoire de France (et d'Europe) au travers la généalogie des rois et des grands personnages du royaume : Biographie des Mérovingiens, Carolingiens, Capétiens, Valois, Bourbon, et autres grandes familles de l'histoire de France et d'Eurpe
Parcourrez l'histoire de France (et d'Europe) au travers la généalogie des rois et des grands personnages du royaume : Biographie des Mérovingiens, Carolingiens, Capétiens, Valois, Bourbon, et autres grandes familles de l'histoire de France et d'Eurpe