Parcourrez l'histoire de France (et d'Europe) au travers la généalogie des rois et des grands personnages du royaume : Biographie des Mérovingiens, Carolingiens, Capétiens, Valois, Bourbon, et autres grandes familles de l'histoire de France et d'Eurpe
Parcourrez l'histoire de France (et d'Europe) au travers la généalogie des rois et des grands personnages du royaume : Biographie des Mérovingiens, Carolingiens, Capétiens, Valois, Bourbon, et autres grandes familles de l'histoire de France et d'Eurpe Parcourrez l'histoire de France (et d'Europe) au travers la généalogie des rois et des grands personnages du royaume : Biographie des Mérovingiens, Carolingiens, Capétiens, Valois, Bourbon, et autres grandes familles de l'histoire de France et d'Eurpe
Personnage

Charles de Lorraine-Guise - cardinal de Lorraine (v. 1524 - v. 1574)

Parents / Familles :

Père : Claude de Lorraine duc de Guise (v. 1496 - v. 1550)
Mère : Antoinette de Bourbon (15/12/1494 - 20/01/1583)

Famille : Lorraine-Guise

Charles de Lorraine, archevêque de Reims à l’âge de quatorze ans par la démission de son oncle Jean (1538), prit le titre de cardinal de Lorraine après la mort de son oncle (1547). Il sut, avec son frère aîné, François, duc de Guise, gagner la faveur d’Henri II. Lui et ses frères exercèrent une grande influence et jouèrent un grand rôle dans les affaires du pays.

Le cardinal de Lorraine passe pour ne pas être commode. Exigeant sur les principes de l'Église catholique apostolique et romaine, il est l'ennemi juré des protestants. Charles fut le principal défenseur des principes du concile de Trente qu'il voulait faire appliquer en France. Il ne cessa durant sa vie de défendre la religion catholique et fut d'une intolérance qui étonnait même le roi d'Espagne. Selon Brantôme, « tout ecclésiastique qu’il était, il avait l’âme fort barbouillée ». Autant son frère, François est d’une force d’âme extraordinaire, capable de générosité, autant Charles, au contraire, est égoïste et insolent dans le succès. Mais le cardinal est aussi un homme très habile. Il est adroit, éloquent, plein de ressources et de séductions. Son talent a fait de lui le rival absolu de Catherine de Médicis. Prônant la lutte contre le protestantisme, il n'aura de cesse de combattre la politique de tolérance civile de la reine mère. Ayant de hautes capacités intellectuelles, le cardinal fut utilisé à de nombreuses fois à des fins diplomatiques.

Le cardinal de Lorraine réussit à obtenir le pouvoir avec son frère à l'avénement du jeune François II (1559). Le cardinal de Lorraine eut alors entièrement l’administration des finances. Cependant, il devra céder sa place après la mort du jeune roi (1561). Il assiste alors impuissant à l'introduction du protestantisme à la cour. Il continua cependant de jouer un rôle important lors du colloque de Poissy où il s'opposa à Théodore de Bèze, chef du parti protestant. Son intransigeance parvint à faire échouer la réconciliation des deux religions au grand dépit de la reine mère.

À la mort de son frère François (1562), Charles devient le meneur de la famille des Guise et du parti catholique en France. Il prend sous sa tutelle les enfants de son frère décédé et cherche par tous les moyens de nuire aux Montmorency et plus particulièrement à l'amiral de Coligny qu'il considère comme le responsable de la mort de son frère. En 1565, alors que la cour se trouve dans le midi, il manque de peu de se battre personnellement dans une rue de Paris avec François de Montmorency, fils du connétable pour un désaccord de la préséance. Soucieux de faire la paix dans le royaume, la reine-mère obligera quand même le cardinal à se réconcilier avec le clan des Montmorency à Moulins en 1566. Il y embrassa publiquement l'amiral de Coligny, mais les deuxièmes et troisièmes guerres de religions, lui permirent de rompre cette réconciliation et de continuer à poursuivre l'amiral de sa haine.

Plus tard, il négocia le mariage de Charles IX et d’Élisabeth d'Autriche (1569). Puis, il part à Rome pour participer au conclave qui doit élir un nouveau pape. Opposé au mariage entre la princesse Marguerite et le roi Henri de Navarre, qui doit sceller l'union des catholiques et des protestants, il tente de convaincre le pape de ne donner pas son accord au mariage. Mais c'est avec une joie et une surprise extrême qu'il apprend la nouvelle du Massacre de la Saint-Barthélemy. Il s'empresse alors de regagner Paris, où il pense pouvoir reprendre sa place au conseil du roi. Il s'imagine un peu top facilement que Catherine de Medicis a fait un revirement dans sa politique religieuse mais celle-ci lui fait vite bien savoir que le massacre de la Saint-Barthélemy n'est qu'une erreur tragique et que lui même n'est pas le bien venu. Charles arrête alors son voyage à Avignon, où il mourut le 26 décembre 1574.



Mariages de : Charles de Lorraine-Guise - cardinal de Lorraine Mariages / Enfants
DE A AVEC


Dernière mise à jour du site le
Parcourrez l'histoire de France (et d'Europe) au travers la généalogie des rois et des grands personnages du royaume : Biographie des Mérovingiens, Carolingiens, Capétiens, Valois, Bourbon, et autres grandes familles de l'histoire de France et d'Eurpe Parcourrez l'histoire de France (et d'Europe) au travers la généalogie des rois et des grands personnages du royaume : Biographie des Mérovingiens, Carolingiens, Capétiens, Valois, Bourbon, et autres grandes familles de l'histoire de France et d'Eurpe
Parcourrez l'histoire de France (et d'Europe) au travers la généalogie des rois et des grands personnages du royaume : Biographie des Mérovingiens, Carolingiens, Capétiens, Valois, Bourbon, et autres grandes familles de l'histoire de France et d'Eurpe