Parcourrez l'histoire de France (et d'Europe) au travers la généalogie des rois et des grands personnages du royaume : Biographie des Mérovingiens, Carolingiens, Capétiens, Valois, Bourbon, et autres grandes familles de l'histoire de France et d'Eurpe
Parcourrez l'histoire de France (et d'Europe) au travers la généalogie des rois et des grands personnages du royaume : Biographie des Mérovingiens, Carolingiens, Capétiens, Valois, Bourbon, et autres grandes familles de l'histoire de France et d'Eurpe Parcourrez l'histoire de France (et d'Europe) au travers la généalogie des rois et des grands personnages du royaume : Biographie des Mérovingiens, Carolingiens, Capétiens, Valois, Bourbon, et autres grandes familles de l'histoire de France et d'Eurpe
Personnage

Edouard d'Angleterre - le prince noir (v. 1330 - v. 1376)

Parents / Familles :

Père : Edouard III D'Angleterre (v. 1312 - v. 1377)
Mère : Philippa de Hainaut (v. 1314 - v. 1369)

Famille : Plantagenêt

Titre(s) :

Prince de Galles (? - ?)
Duc d'Aquitaine (? - ?)

Son surnom serait dû à la couleur de son armure, mais il n'était pas utilisé par ses contemporains. Il n'apparaît qu'en 1568 dans Chronicle of England de Richard Grafton. De son vivant, on l'appelait tout simplement le « prince », le prince de Galles, entre 1362 et 1372 le prince d'Aquitaine. On le connaissait également en le dénommant selon son lieu de naissance : Édouard de Woodstock.

Il a été choyé par Édouard III, ne négligeant ni son éducation ni son instruction de prince. Son père le fait chevalier le 12 juillet 1345. Il a connu sa première bataille à Crécy en 1346, où il bat les Français. Il épousa sa cousine, Jeanne de Kent qui lui donna deux fils. Le premier, Édouard en 1365 et le second, Richard en 1367.

Mandaté par son père, il arriva à Bordeaux le 20 septembre 1355 en pleine guerre de Cent Ans pour protéger les possessions anglo-gasconnes contre les Français. Deux semaines plus tard, il mena une campagne à travers le Sud-Ouest, jusqu'à Narbonne. Il ne semblait pas souhaiter soumettre les terres conquises à la couronne anglaise mais cherchait plutôt à les piller et à en retirer des richesses. Il détruisit Castelnaudary le 31 octobre 1355. Le jour de Noël, il avait regagné Bordeaux d'où il écrivit à son père pour l'informer de son succès.

Armoiries du Prince Noir
Armoiries du Prince Noir

Au printemps de 1356, sa réputation de stratège et la crainte qu'il inspire lui permettent de lever sans mal une armée disparate composée surtout d'Anglais, de Gallois, et de Gascons. Cette campagne de 1356 le conduira cette fois à travers le Poitou en passant par Bourges jusqu'à Maupertuis, près de Poitiers, où il infligera une sévère défaite aux Français. C'est lors de cette Bataille de Poitiers, le 19 septembre 1356, qu'il captura le roi Jean II.

En 1360, le traité de Brétigny-Calais accorda au roi d'Angleterre Édouard III des terres en plus de son duché d'Aquitaine « traditionnel » qui s'étendait en gros entre Bordeaux et Bayonne. Ce furent le Quercy, le Périgord, le Limousin, le Rouergue, la Bigorre, le comté d'Armagnac, l'Agenais, la Saintonge, l'Angoumois et le Poitou. Ces terres - cédées par la France en toute souveraineté - constituèrent une principauté autonome (1362) qu'il gouverna sur place jusqu'au début de 1371. Édouard fut nommé par son père Édouard III prince d'Aquitaine le 19 juillet 1362, et il le resta jusqu'à son abdication le 5 octobre 1372.

Le Prince Noir aida également le roi de Castille à détrôner Pierre le Cruel en Espagne et il battra encore les Français menés par Du Guesclin à Nájera en 1367. Cette expédition fut encore un succès militaire, mais le refus de Pierre le Cruel de payer les frais de l'expédition mit le prince dans de terribles difficultés financières. À son retour en Aquitaine, il convoqua les trois États de sa principauté à Angoulême. Ceux-ci acceptèrent la levée d'un fouage (une taxe levée sur chaque foyer) pour restaurer les finances du prince (janvier 1368). Mais le comte d'Armagnac Johan Ier (en français Jean Ier) refusa ce fouage. Il chercha le soutien du roi de France Charles V qui accepta son appel contre le prince le 30 juin 1368, ce qui eût pour effet d'annuler le traité de paix de Brétigny-Calais. Le comte d'Armagnac entraîna à ces côtés son parent, le seigneur d'Albret Arnaut-Amanèu, et il appuya les offensives militaires de Louis, duc d'Anjou, frère du roi Charles V, lieutenant du roi (c'est-à-dire vice-roi) en Languedoc.

Les terres de la principauté d'Aquitaine cédées au traité de Brétigny-Calais furent reconquises par les Français dirigés par le duc d'Anjou entre 1369 et 1372, suite à l'appel du comte d'Armagnac. Cependant la vision traditionnelle d'un soulèvement unanime des populations en faveur des « Français » est fautive : des villes comme Millau ou Montauban restèrent fidèles longtemps en 1369, quant au Poitou, à la Saintonge et à l'Angoumois, ils ne se soumirent qu'en 1372 et ont soutenu fortement le prince.

L'historiographie traditionnelle blâme souvent le prince pour le sac de Limoges (24 août 1370). Selon Froissart, 3000 personnes furent tuées ce jour-là. On oublie vite qu'une source locale ne mentionne que 300 morts, ce qui peut correspondre aux « Français » de la garnison installée dans cette ville, ainsi qu'à certains partisans limougeauds des Français. Après tout les Français agirent de même lors de la prise de Brive (22 juillet 1374). Et on oublie aussi que la ville de Limoges était divisée en deux entités distinctes : la « Cité » et le « Château ». Le Prince Noir n'attaqua que la « Cité » dominée par l'évêque qui l'avait trahi (Johan du Cros) et pas le « Château » qui lui resta fidèle jusqu'en 1372.

Il semble avoir attrapé une maladie chronique peu après son expédition espagnole et cette maladie l'empêcha de s'opposer efficacement aux offensives menées par les Français et leurs partisans. Il partit en janvier 1371 pour l'Angleterre, laissant en charge de l'Aquitaine son frère Jean de Gand, duc de Lancastre. Il amena avec lui son tout jeune fils Richard, né en 1367 au palais archiépiscopal de Bordeaux situé plus ou moins à l'emplacement de l'actuel hôtel de ville de Bordeaux et accolé à la cathédrale. Ce fils deviendra, à la mort d'Édouard III, le roi d'Angleterre Richard II dit « de Bordeaux » (selon son lieu de naissance), parfois dit « le Gascon » (Bordeaux était alors considérée comme la capitale des Gascons occidentaux). Ce dernier régna de 1377 à 1399, date où il fut détrôné par son cousin Henri de Lancastre, qui devint le roi d'Angleterre Henri IV (1399-1413).

Parmi ses compagnons de lutte et ses hauts officiers on peut citer John Chandos († 2 janvier 1370 à Morthemer, Poitou), lieutenant d'Édouard III chargé de prendre possession des terres cédées au traité de Brétigny-Calais (1361-1362), puis connétable d'Aquitaine (1363-1370) ; Thomas Felton, sénéchal de la principauté d'Aquitaine (1363-1377) ; le gascon Johan de Greilly, captal de Buch († 7 septembre 1376, prisonnier du roi de France à Paris) (voir Jean de Grailly), connétable d'Aquitaine de 1370 à sa capture par les français en 1372 ; le poitevin Guichard d'Angle († 1380, Londres), l'un des deux maréchaux d'Aquitaine (1363-1372), tuteur du futur roi Richard II, nommé comte de Huntingdon (1377-1380) ou encore les grands seigneurs poitevins Guillaume VII Larchevêque, seigneur de Parthenay et Louis d'Harcourt, vicomte de Châtellerault, forcés de se soumettre en décembre 1372 au roi de France après le siège de Thouars.

Le prince mourut de maladie en 1376, un an avant son père Édouard III.

 



Mariages de : Edouard d Mariages / Enfants
DE A AVEC
v. 1361  Jeanne de Kent (v. 1328 - v. 1385)
   Enfant de : Edouard d Richard II d'Angleterre  (v. 1367 - v. 1400)


Dernière mise à jour du site le
Parcourrez l'histoire de France (et d'Europe) au travers la généalogie des rois et des grands personnages du royaume : Biographie des Mérovingiens, Carolingiens, Capétiens, Valois, Bourbon, et autres grandes familles de l'histoire de France et d'Eurpe Parcourrez l'histoire de France (et d'Europe) au travers la généalogie des rois et des grands personnages du royaume : Biographie des Mérovingiens, Carolingiens, Capétiens, Valois, Bourbon, et autres grandes familles de l'histoire de France et d'Eurpe
Parcourrez l'histoire de France (et d'Europe) au travers la généalogie des rois et des grands personnages du royaume : Biographie des Mérovingiens, Carolingiens, Capétiens, Valois, Bourbon, et autres grandes familles de l'histoire de France et d'Eurpe