Parcourrez l'histoire de France (et d'Europe) au travers la généalogie des rois et des grands personnages du royaume : Biographie des Mérovingiens, Carolingiens, Capétiens, Valois, Bourbon, et autres grandes familles de l'histoire de France et d'Eurpe
Parcourrez l'histoire de France (et d'Europe) au travers la généalogie des rois et des grands personnages du royaume : Biographie des Mérovingiens, Carolingiens, Capétiens, Valois, Bourbon, et autres grandes familles de l'histoire de France et d'Eurpe Parcourrez l'histoire de France (et d'Europe) au travers la généalogie des rois et des grands personnages du royaume : Biographie des Mérovingiens, Carolingiens, Capétiens, Valois, Bourbon, et autres grandes familles de l'histoire de France et d'Eurpe
Personnage

Anne Duchesse De Bretagne (v. 1477 - 09/01/1514)

Parents / Familles :

Père : François II duc de Bretagne (v. 1435 - v. 1488)
Mère : Marguerite de Foix-Navarre (v. 1449 - v. 1486)

Famille : Dreux-Bretagne

Anne de Bretagne, née le 25 janvier 1477 (1476 ancien style) à Nantes, morte le 9 janvier 1514 à Blois, est duchesse de Bretagne de 1488 à 1514 et, par ses mariages, archiduchesse d'Autriche et reine des Romains (1490-1491), puis reine de France (1491-1498) et reine de Sicile et de Jérusalem en droit, puis de nouveau reine de France (1499-1514) et duchesse de Milan. Elle était la fille de François II (1435-1488), duc de Bretagne, et de sa seconde épouse Marguerite de Foix (v. 1449-1486), princesse de Navarre.

Elle est un enjeu central dans les luttes d'influence qui aboutiront après sa mort à l'union de la Bretagne à la France. Elle a également une place à part dans l'imaginaire collectif breton comme celle qui défendit le duché face à l'appétit de ses voisins.

Pour la succession du duc François II, le manque d'un héritier mâle menaçait de replonger la Bretagne dans une crise dynastique. Son père la fait donc reconnaître héritière par les États de Bretagne en 1486. Cette qualité d'héritière était auparavant discutable à cause d'une loi successorale imprécise, établie par le premier traité de Guérande en 1365 et ne prévoyant pas l’absence d’héritier mâle dans les deux familles, Montfort et Penthièvre, ayant des droits à la couronne ducale.

En 1488, la défaite des armées de François II à Saint-Aubin-du-Cormier qui conclut la guerre folle le contraint à accepter le traité du Verger dont une clause stipule que les filles de François II ne pourront se marier sans l'assentiment du roi de France.

À la mort de François II, s’ouvre une nouvelle période de crise qui mène à une dernière guerre franco-bretonne. À Rennes le 19 décembre 1490 Anne, devenue duchesse, épouse en premières noces et par procuration le futur Maximilien Ier, (devenu par la suite empereur romain germanique) qui était alors titré roi des Romains. Ce faisant, elle devient reine et la belle-mère par alliance de Charles VIII qui avait été marié à Marguerite d'Autriche (fille de Maximilien). En dépit de renforts anglais et castillans venus soutenir les troupes ducales, le printemps 1491 voit de nouveaux succès de La Trémoille (déjà vainqueur à Saint-Aubin-du-Cormier), et, se posant en héritier, Charles VIII vient mettre le siège devant Rennes où se trouve Anne, afin de s'emparer de l'héritière et de l'épouser[3]. Après un long siège, sans assistance et n'ayant plus aucun espoir de résister, la ville se rend. Les fiançailles d’Anne avec Charles VIII sont aussitôt célébrées à la chapelle des Jacobins de Rennes. Puis elle est escortée jusqu'à Langeais pour les noces des deux fiancés. L'Autriche combattra désormais sur le terrain diplomatique (notamment devant le Saint-Siège), soutenant que la duchesse vaincue a été enlevée par le roi de France et que leur descendance est donc illégitime.

Le 6 décembre 1491, Anne épouse en deuxièmes noces au château de Langeais le roi de France Charles VIII. Ce mariage fut conclu en urgence, de peur d'un coup de main autrichien pour libérer la duchesse, trois mois avant que le pape Innocent VIII (le 15 février 1492) ne se décide à adresser à la cour de France l’acte d’annulation antidaté du premier mariage d'Anne. Entretemps elle fut considérée comme bigame. Les époux s'échangent par contrat leurs droits (réels ou prétendus) sur la Bretagne. En cas d'absence d'héritier mâle, il est convenu qu'elle doit épouser le successeur de Charles VIII. De cette union naissent six enfants, tous morts en bas âge.

Après la mort de Charles VIII, elle épouse en troisièmes noces Louis XII, le 8 janvier 1499, à Nantes. Là aussi, l’acte d’annulation du mariage du roi avec Jeanne de France n’était pas parvenu quand le mariage a lieu, mais la décision du pape était cette fois-ci certaine

Par le mariage de 1491, Anne de Bretagne est reine de France. Son contrat de mariage précise qu’il est conclu pour assurer la paix entre le duché de Bretagne et le royaume de France. Il fait de Charles VIII son procureur perpétuel. Le 8 février 1492, Anne fut couronnée et sacrée reine de France à Saint-Denis.

Elle passe beaucoup de temps en grossesses (avec un enfant tous les quatorze mois en moyenne). Lors des guerres d’Italie, la régence est attribuée à Anne de Beaujeu, qui a déjà brillamment tenu ce rôle de 1483 à 1491. Anne de Bretagne était encore jeune, et sa belle-sœur la suspectait[4]. Elle n'a aucun rôle ni aucune influence politique autre qu'honorifique en France comme en Bretagne, doit résider où il lui est requis d'être, doit accepter d'être séparée de ses enfants en bas-âge. Anne vécut essentiellement dans les châteaux royaux d'Amboise, de Loches et du Plessis ou dans les villes de Lyon, Grenoble ou Moulins (lorsque le roi était en Italie). Elle devient reine de Sicile et de Jérusalem lors de la conquête de Naples par Charles VIII.

Dès la mort de Charles VIII, elle reprend la tête de l'administration du duché. Elle restaure notamment la chancellerie de Bretagne au profit du fidèle Philippe de Montauban, nomme lieutenant général de Bretagne son héritier le prince d'Orange, convoque les États de Bretagne, émet un monnayage à son nom[5]. Trois jours après la mort de son premier époux, le principe du mariage avec Louis XII est acquis[6], à la condition que Louis obtienne l'annulation de son mariage avant un an. Elle retourne pour la première fois en Bretagne en octobre 1498, après avoir avoir échangé une promesse de mariage avec Louis XII à Étampes, le 19 août, et quelques jours après le début du procès en annulation de l’union entre Louis XII et Jeanne de France[7]. Elle est veuve, et fait le tour du duché, visitant bien des lieux qu’elle n’avait jamais pu fréquenter enfant. Ses vassaux la reçoivent fastueusement et elle se fait connaître du peuple à l'occasion de festivités, de pélerinages et d'entrées triomphales dans les villes du duché. Le contrat de son troisième mariage, en 1499 est conclu dans des conditions radicalement différentes du second. A l'enfant vaincue a succédé une jeune reine douairière et duchesse souveraine désormais incontestée, en face de qui l'époux est un ancien allié, ami et prétendant. Conformément aux dispositions du contrat de mariage avec Charles VIII, le nouveau lui reconnaît l'entièreté des droits sur la Bretagne comme seule héritière du duché et la titre duchesse de Bretagne. Par contre, le pouvoir régalien en Bretagne est exercé par Louis XII, qui prend alors le titre de duc consort, quoi que les décisions soient prises au nom de la duchesse.

Leur fille Claude de France, héritière du duché, est fiancée à Charles de Luxembourg en 1501, pour faciliter la conduite de la 3e guerre d’Italie en renforçant ainsi l’alliance espagnole, et pour convenir au dessein d'Anne de lui faire épouser le petit-fils de son premier mari Maximilien d'Autriche. Les fiançailles sont annulées quand l’absence d’un dauphin, qui aurait hérité de la Bretagne, fait craindre un encerclement plus complet du royaume. C’est désormais au futur François Ier que sa fille est fiancée. Anne refusera jusqu'au bout ce mariage, qui n'aura lieu qu'après sa mort, et tentera de revenir à l'alliance matrimoniale avec le futur Charles Quint.

Des huit enfants issus de son deuxième mariage, seules survécurent :

  • Claude de France (1499-1524), duchesse de Bretagne et reine de France (1515-1524) par son mariage avec François Ier, roi de France — Grand-mère notamment de Henri III (1551-1589), qui fit assassiner son cousin Henri de Guise (voir ci-dessous) ;
  • Renée de France (1510-1575), dame de Montargis, duchesse de Chartres (1528-?) - Mariée en 1528 avec Hercule II d'Este (1508-1559), duc de Ferrare, de Modène et de Reggio — Grand-mère notamment de Henri Ier (1550-1588), 3e duc de Guise, assassiné sur l'ordre de son cousin Henri III de France...

 



Mariages de : Anne Duchesse De Bretagne Mariages / Enfants
DE A AVEC
v. 1490  v. 1491  Maximilien de Habsbourg (v. 1459 - v. 1519)
v. 1491  Charles VIII De Valois roi de France (L'affable) (30/06/1470 - 07/04/1498)
   Enfant de : Anne Duchesse De Bretagne Charles-Orland  (11/10/1492 - 16/12/1495)
   Enfant de : Anne Duchesse De Bretagne Charles de France (08/09/1496 - 02/10/1496)
   Enfant de : Anne Duchesse De Bretagne François  (v. 1497 - v. 1497)
   Enfant de : Anne Duchesse De Bretagne Anne de France (v. 1498 - v. 1498)
08/01/1499  Louis XII de Valois-Orléans roi de France (Père Du Peuple) (27/06/1462 - v. 1515)
   Enfant de : Anne Duchesse De Bretagne Claude De France (13/10/1499 - 20/07/1524)
   Enfant de : Anne Duchesse De Bretagne Renée de France (v. 1510 - v. 1575)


Dernière mise à jour du site le
Parcourrez l'histoire de France (et d'Europe) au travers la généalogie des rois et des grands personnages du royaume : Biographie des Mérovingiens, Carolingiens, Capétiens, Valois, Bourbon, et autres grandes familles de l'histoire de France et d'Eurpe Parcourrez l'histoire de France (et d'Europe) au travers la généalogie des rois et des grands personnages du royaume : Biographie des Mérovingiens, Carolingiens, Capétiens, Valois, Bourbon, et autres grandes familles de l'histoire de France et d'Eurpe
Parcourrez l'histoire de France (et d'Europe) au travers la généalogie des rois et des grands personnages du royaume : Biographie des Mérovingiens, Carolingiens, Capétiens, Valois, Bourbon, et autres grandes familles de l'histoire de France et d'Eurpe