Parcourrez l'histoire de France (et d'Europe) au travers la généalogie des rois et des grands personnages du royaume : Biographie des Mérovingiens, Carolingiens, Capétiens, Valois, Bourbon, et autres grandes familles de l'histoire de France et d'Eurpe
Parcourrez l'histoire de France (et d'Europe) au travers la généalogie des rois et des grands personnages du royaume : Biographie des Mérovingiens, Carolingiens, Capétiens, Valois, Bourbon, et autres grandes familles de l'histoire de France et d'Eurpe Parcourrez l'histoire de France (et d'Europe) au travers la généalogie des rois et des grands personnages du royaume : Biographie des Mérovingiens, Carolingiens, Capétiens, Valois, Bourbon, et autres grandes familles de l'histoire de France et d'Eurpe

chronique Francoise de Montespan reportage fin

28/11/2015

 

 sans-titre16

 André Le Nôtre

Avec l'accord du Roi le Notre vous dévoile le plan des Jardins de Versailles 

Carte des bosquets, bassins et fontaines des jardins de Versailles

(1) Terrasse

(2) Parterre d’Eau composé du bassin du Nord et bassin du Midi

(3) Degré

(4) Fontaine du Point du Jour

(5) Parterre du Midi

(8) Cent-Marches

(10) Bosquet de la Reine

(11) Bosquet de la salle de Bal ou bosquet des Rocailles

(12) Bassin de Bacchus

(13) Bassin de Saturne 

(14) Parterre d’eau

(15) Bosquet du Jardin du Roi

(16) Salle des Marronniers

(17) Bosquet de la Colonnade

(18) Bassin d’Apollon

(20) Grand Canal

(21) Grille de la Petite Venise

(23) Bosquet d’Encelade

 (24) Bosquet des Dômes

(25) Bassin de Flore (le Printemps)

(26) Bassin de l’Obélisque

 (27) Bosquet du Dauphin

(28) Bassin de Cérès (l’Eté)

(29) Bains d’Apollon

(31) Fontaine de la Pyramide

(32) Bassin du Dragon

(33) Bosquet des Trois Fontaines

(34) Bassin de Neptune

(35) Bosquet de l’Arc de Triomphe

(36) Parterre Nord

(37) Tablette rectiligne

(38) Fontaine du Soir

(39) Rampe du Nord

(40) Demi-lune du parterre de Latone

(41) Tapis Vert

(42) Bosquet de la Girandole

(43) Terre-plein de Latone et admirer sa magnifique fontaine

 

 On ira à l’arc de Triomphe, l’on remarquera la diversité des fontaines, des jets, des nappes et des cuves des figures et les différents effets d’eau.

Le bosquet de l’Arc de Triomphe 


 

 

 

 

  Anciennement « Pavillon d’Eau ».Doit son nom à l’arc de triomphe en ferronerie dorée  disparue.Se compose de deux salles de verdure.La fontaine en plomb, due à Tuby, Coysevox et Prou est située dans la salle du basLes fontaines de la Gloire et de la Victoire qui se tenaient non loin de la première, n’ont pas traversé les époques, probablement fondues au XIXe siècle.A l’époque de Louis XIV, un grand arc de triomphe s’élève et donne son nom à ce salon de verdure La France triomphante, vétue à la romaine et assise sur son char. Aux pieds du char les puissances vaincues : à gauche, l’Espagne, reconnaissable au lion sur lequel l’homme est assis, et à droite le Saint Empire, reconnaissable à l’aigle, symbole impérial.Sur le bas du gradin, un dragon à trois têtes agonise, symbolisant l’échec de la ligue des Provinces Unies et du Danemark (qui ne sont pas représentés), de l’Espagne et du Saint Empire.Achevé entre 1679 et 1683

 On resortira par le Dragon, on passera par l’allée des Enfans, et quand on sera sur la pierre qui est entre les deux bassins d’en bas, on se tournera pour voir d’un coup d’œil tous les jets de Neptune et du Dragon ; on continuera en suite de monter par ladite allée.

 « Quand leurs Majestez eurent fait le tour du grand parterre, elles descendirent dans celuy de gazon qui est du costé de la grotte, où après avoir consideré les fontaines qui les embellissent, Elles d’arresterent particulierement à regarder celle qui est au bas du petit parc du costé de la pompe. Dans le milieu de son bassin l’on voit un dragon de bronze, qui percé d’un fléche semble vomir le sang par la gueule, en poussant en l’air un bouillon d’eau qui retombe en pluye, & couvre tout le bassin.

Autour de ce dragon il y a quatre petits Amours sur des cignes qui font chacun un grand jet d'eau & qui nagent vers le bord comme pour se sauver : Deux de ces Amours qui sont en face du dragon, se cachent le visage avec la main pour ne pas le voir, & sur leur visage l'on aperçoit toutes les marques de la crainte parfaitement exprimées. Les deux autres plus hardis parce que le monstre n'est pas tourné de leur costé, l'attaquent de leurs armes. Entre ces Amours sont des Dauphins de bronze dont la gueule ouverte pousse en l'air de gros boüillons d'eau. »

 Le bassin du Dragon se trouve au niveau de l'intersection entre l'avenue de Trianon et l'allée dEau, au Nord-Est du parc. Le bain des Nymphes est situé à son côté Nord. Depuis le château, il précède lebassin de Neptune.Au départ du parcours apollinien, ce bassin met en scène le dragon Python, lancé par Junon à la poursuite de Latone, enceinte d'Apollon et d'Artémis. Le dragon devait empêcher Latone d'accoucher, afin de la punir de son union avec Jupiter. Il terrorisait la population de Delphes en veillant sur son oracle, consacré au départ à Thémis, déesse de la Justice. Le jeune Apollon le perca de ses flêches et se rendit maître de l'oracle nomméePythie. Afin d'apaiser la colère de Gaïa, mère de Python, il créa les Jeux Pythiques.

Ici, les frères Marsy ont choisi de représenter le dragon agonisant, percé des flêches d'Apollon, et crachant son sang figuré par l'immense jet d'eau sortant de sa gueule. Il a une crinière de cheval, des ailes pointues et une queue de poisson. Autour de lui, se trouvent quatre enfants armés d'arcs et de flêches, qui symbolisent Apollon, montés sur des cygnes et escortés par quatre dauphins.

Le regard est conduit vers le château par l'allée d'Eau  jusqu'au bassin de la Pyramide, symbole de la connaissance, qui représente l'oracle de Delphe.

 L’allée d’Eau oul'allée des Enfants

L’allée d’Eau

 


 


 

 

Cette allée est située entre le Bassin du Dragon et le Bain des Nymphes.D’après son frère Charles, célèbre pour ses contes, c’est Claude Perrault, l’architecte, qui dessina cette allée, dite aussi allée des Marmousets, mot familier issu de « marmots », désignant les enfants.La promenade est scandée de vingt-deux groupes en bronze soutenant des vasques de marbre de Languedoc Le décor de cette allée est dû à Charles le Brun dont l'atelier fournit le dessin de sept groupes d'enfants en plomb qui répondent à sept autres identiques placés symétriquement. On les appelle également les marmousets, ce qui explique la seconde appellation d'Allée des Marmousets. En 1678, huit groupes complémentaires sont rajoutés dans la demi lune duBassin du Dragon. Dix ans plus tard, le décor des fontaines en fondu en bronze. Tous ces groupes célèbrent avec joie le triomphe d'Apollon sur Python et conduisent auBassin de la Pyramide, qui symbolise le temple de Delphes.

On trouve donc successivement en remontant l'allée :

  • Des fillettes, des garçonnets,des chasseurs,des pécheurs,des termes,des satyres,des musiciens,des danseurs et danseuses,des amours et des petites filles, des danseurs,des tritons.

On s’arrestera au bas de la nape, et l’on fera voir les bas reliefs et le reste de cette fontaine

andrelenotre.comandrelenotre-com310andrelenotre-com310legrosandrelenotre.comandrelenotre.com

Le Bain des Nymphes se situe à l'entrée de l'allée d'eau ou allée des Marmousets. Cette allée inaugure, selon les plans du jardinier Le Nôtre, le passage à un espace différent de celui des parterres : le promeneur entre ici en un espace fait de sous-bois, de fontaines et de clairière dans une atmosphère quasi-féérique. Il n'est ainsi rien d'étonnant à ce que le flâneur se retrouve en la compagnie de ces êtres merveilleux que sont les nymphes. Il s'agit de divinités féminines de la nature, d'une rare beauté, généralement considérées comme les filles de Zeus et du Ciel. celles-ci peuplent la plupart des lieux naturels, notamment les forêts et les bois, les sources et les rivières. Le Bain des Nymphes occupe la paroi nord d'un bassin rectangulaire orné sur trois côtés de bas-reliefs de plomb. Sur les murs en retour, on peut contempler des bas-reliefs des artistes Le Gros, Hongre et Magnier, représentant des nymphes, des figures de fleuve, des jeunes enfants et des animaux aquatiques. L'oeuvre de Girardon immortalise ces nymphes se baignant et de se livrant à des jeux d'eau dans le courant d'une rivière. Il choisit une composition équilibrée issue du classicisme : les nymphes sont représentées deux par deux et se répartissent de façon quasi-équidistante sur le basrelief ; le jeu sur la profondeur s'appuie sur un éloignement régulier des nymphes, de gauche à droite. Une indéniable sensualité se dégage également de ce bas-relief. Le promeneur est séduit par les corps nus et ronds des jeunes femmes dont les courbes sont mises en valeur par le mouvement de l'eau rendu autour de leurs jambes notamment et par les drapés qui dissimulent tout en  évélant. La structure de la fontaine permet encore d'ajouter à cette sensualité : le bas-relief reçoit la décharge d'eau de la Fontaine de la Pyramide située juste au-dessus. L'effet est saisissant : les corps des nymphes brillent sous l'éclat de l'eau et apparaissent encore plus désirables pour le flâneur qui surprend leur baignade.

On passera après la Piramide , où l’on s’arrestera un moment, et après on remontera au chasteau par le degré de marbre qui est entre l’Esguiseur et la Vénus honteuse, on se tournera sur le haut du degré pour voir le parterre du Nort, les statues, les vases, les couronnes,la Piramide et ce qu’on peut voir de Neptune,et après on sortira du jardin par la mesme porte par où l’on est entré.

Le bassin de la Pyramide

 Le bassin de la Pyramide 

 

 

 

 

 

Exécutée par le sculpteur François Girardon sur un dessin de Le Brun, la Pyramide, au centre de son bassin, demanda trois ans de travail. Elle est composée de quatre vasques de plomb superposées, supportées par des tritons, des dauphins et des écrevisses en plomb.

 Ce bassin, situé au sommet de l'allée d'Eau , est censé incarner l'aboutissement de la quête apollinienne. En effet, après avoir tué le serpent Python, Apollon remonte sous les acclamations des enfants et autres groupes de l'Allée d'Eau, pour parvenir à la Pyramide, symbole de la connaissance, qui représente le temple de Delphes où se trouve la célèbre Pythie. Cette quête se terminait initialement à la gtotte de Tethys où le dieu se reposait et se délaissait entre les mains des nymphes.

 Creusé en 1668, le bassin adopte une forme circulaire en 1683. La pyramide en plomb est formée de quatre étages, le tout appuyé sur de puissantes pattes de lion. Au niveau inférieur, des tritons adultes semblent se courir après. Puis, la seconde vasque est soutenue à bout de bras par des tritons enfants et des dauphins et des écrevisses portent les derniers plateaux. Enfin, au sommet se trouve un vase à têtes de satyres où se trouve le jet d'eau.

 "Quand on voudra voir le mesme jour la Ménagerie et Trianon, après avoir fait la pause auprès d’Apollon, on ira s’embarquer pour aller à la Ménagerie"

Plan_de_la_ménagerie_de_Versailles_sous_Louis_XV.jpg 

 Point de vue du Roi faire une pause auprés d'Apollon avant de se rendre à la Ménagerie

Versailles_M2la_man10 andrelenotre-com218

La Ménagerie de Versailles a été conçue par l’architecte Louis le Vau dès 1663, à l’extrémité sud-ouest du Parc, dans l’ancienne ferme de La Boissière sur la route de Trappes, achetée par Louis XIV en 1662. Dès 1664, les volatiles, les animaux domestiques et sauvages furent accueillis. Le plan de la Ménagerie est simple. Sur le devant du bâtiment se trouve une cour d’Honneur. La Ménagerie est centrée autour d’un bâtiment octogonal couvert par un dôme en ardoise. À l’étage, un balcon entoure le bâtiment, il permet une vue sur les différents enclos disposés tout autour en éventail. Le salon octogonal du premier étage permettait donc d’admirer les animaux isolés dans sept cours séparées par des grilles. Un peu plus loin, un autre bâtiment en longueur contenait la volière.

La Ménagerie de Versailles est ensuite reliée au jardin de Versailles par le terrassement et le percement du bras sud du Grand Canal en 1668. 

En 1698, Louis XIV fait agrandir la ménagerie parJules Hardouin- Mansart et l’offre à l’épouse du dauphin, la duchesse de Bourgogne Marie-Adélaïde de Savoie,alors âgée de treize ans. 

 

"En montant sur l’amphithéatre, on fera une pause pour considérer le canal et ce qui le termine du costé de Trianon."

 L'Amphitheatre


 

 

 

 

 

 

 

 Point de vue du Roi on fera une pause  pour contempler le Canal

 Aménagée par Le Nôtre entre 1680 et 1683, la salle de Bal s’appelle aussi bosquet des Rocailles, en raison des pierres de meulière et des coquillages rapportés des côtes africaines et malgaches sur lesquels l’eau ruisselle en cascade. Au centre, une « île » en marbre, aisément accessible, servait à la danse, art dans lequel s’illustrait Louis XIV. Les musiciens se tenaient au-dessus de la cascade et, en face, un amphithéâtre aux gradins recouverts de gazon permettait aux spectateurs de s’asseoir forme un amphithéâtre composé de rampes et de gradins de rocailles avec cascades d'eau ( durant les Grandes Eaux seulement ). Le Roi y donnait des fêtes et l'on y dansait.

On ira dans le salon du milieu. On entrera dans toutes les cours, où sont les animaux. Après on se rembarquera pour aller à Trianon.


 Dès la construction du Trianon de porcelaine, Louis XIV fait appel au jardinier Michel II Le Bouteux, dont les parterres sont ornés de plantes en pots enterrées afin de pouvoir être changées tous les jours, à volonté, créant un spectacle fleuri et embaumé permanent et totalement unique, parfois gênant pour les visiteurs. En 1743,Ange Jacques Gabriel rappelle au roi Louis XV que plus de 900 000 pots de terre étaient utilisés ou en réserve pour l’ornement des parterres ; d'après Le Nôtre, le nombre monte jusqu'à deux millions. 96 000 plantes sont ainsi maintenues pour la variété du spectacle et l’agrément du Roi. Ce « jardin de Flore », comme l’appellent les contemporains duTrianon de porcelaine,introduit notamment le marronnier d'inde, une essence exceptionnelle pour les jardins de l'époque, tandis que les orangers sont cultivés en terre (un exploit pour l'époque), leur mise à l’abri hivernale étant faite par une châsse en verre, démontée quand reviennent les beaux jours

Lors de la construction du Trianon de marbre,André le Notre trace dans les jardins des figures géométriques compartimentées en salles de verdure treillagées, préservant partiellement quelques parterres de  Michel II Le Bouteux . Les jardins sont achevés après sa mort, en 1700, par JJules Hardouin-Mansart qui, en 1702, les agrémente, entre autres, d’un buffet d’eau et crée des bosquets et des salles de verdure. Seule la fierté de Le Nôtre, le jardin des Sources, situé dans le creux de la galerie des Cotelle etTrianon sous Bois sera préservé.

Les jardins du Grand Trianon sont des jardins à la française, ordonnés et géométriques. Ils couvrent actuellement 23 hectares, enclos de 2,2 km de murs et parcourus par 8 km d’allèes. Ils sont un jardin en réduction, au dessin délicat, à l’intérieur du parc de Versailles. Contrairement à ce dernier, les jardins de Trianon n’ont conservé que très peu de jeux hydrauliques, à l’exception notable du buffet d’eau. Ils sont essentiellement, et c’est leur principale caractéristique, un aménagement paysager formé d’allées, de végétation et de sculptures. Entièrement closes de murs, les perspectives ne sont cependant pas coupées : on expérimente les premiers saut-de-loup  

 Trianon est le palais de Flore : de toutes les pièces on a vue sur les jardins, qui sont ici entièrement consacrés aux fleurs, avec un très grand nombre de variétés choisies pour leurs couleurs mais aussi pour leurs odeurs : « Les tubéreuses nous font abandonner Trianon tous les soirs, écrit Mme de Maintenon dans une lettre du 8 août 1689, des hommes et des femmes se trouvent mal, de l’excès de parfum. » Et tous les décors, peintures et sculptures des boiseries s’en inspirent.

Le buffet d’EauSitué dans l’axe donnant sur l’extrémité septentrionale de l’aile de Trianon-sous-Bois, cette fontaine, également appelée Cascade, fut construite par Hardouin-Mansart en 1703, et décorée de marbres de différentes couleurs ornés de plombs sculptés par Mazière, Le Lorrain, Hardy, Poirier et Van Clève.

Les Glacières Les glacières sont des fosses maçonnées et isolées, couvertes d’un tertre de pierre et de terre, dans lesquelles la glace est emmagasinée en hiver. Celles du Petit Trianon ont des toits de chaume. Ces réserves de glace servent en été à rafraîchir les boissons ou à préparer sorbets et crèmes glacées.A Versailles, les premières glacières sont creusées sous le règne de Louis XIV. Au XVIIIe siècle, ces installations sont fréquentes dans de nombreux châteaux. 

  On montrera le jardin du Roy. On reviendra par la mesme salon du bout de la gallerie pour entrer dans les Sources.

 Lors de la construction du Trianon de marbre, André Le Nôtre préserve quelques parterres de Michel II Le Bouteux. Les jardins sont achevés après sa mort, en 1700, par Jules Hardouin-Mansart qui, en 1702, les agrémente, entre autres, d’un buffet d’eau et crée des bosquets et des salles de verdure. Seule la fierté de Le Nôtre, le jardin des Sources, situé dans le creux de la galerie des Cotelle et Trianon-sous-Bois sera préservé.

 Et après on passera dans la gallerie pour aller à Trianon sous bois.

 On ira jusques sur la terrasse du haut de la cascade, et puis on viendra sortir par le salon du bout de la gallerie du costé du bois. On ira le long de la terrasse jusques à l’angle, d’où l’on voit le canal, on tournera après au cabinet du bout de l’aisle d’où l’on verra le chasteau, les bois et le canal. On en sortira et l’on passera le long du corps du logis du côté des offices et l’on ira jusques à l’allée du milieu. 

Quand on sera dans le centre de la maison, on fera voir l’obscurité du bois, le grand jet et la Nape au travers de l’ombre.

Plus encore que l’architecture végétale et les bosquets, l’eau sous toutes ses formes est l’ornement privilégié des jardins français : l’eau cascadante de certains bosquets, l’eau jaillissante des fontaines, l’eau calme des vastes nappes qui reflètent le ciel et la lumière, tel le Parterre d’Eau ou le Grand Canal. 

 

 

téléchargement_6.jpg 

 

  On descendra droit au parterre de gazon, on s’arrestera au bas de l’allée obscure pour considérer les jets qui l’environnent.

On ira passer à la fontaine qui est dans le petit bosquet pour aller à la cascade basse. On remontera le long de l’allée jusques à la haute. Et après on ira traverser le parterre bas par l’allée qui va au fer à cheval.

 On en descendra pour entrer dans les batteaux pour aller à l’Apollon. Et après on reprendra l’allée qui va à Flore, on ira aux bains d’Apollon et l’on verra le reste ainsy qu’il est marqué cy dessus.

 

J'espère que mon jardin vous a plu  comme j'ai pris plaisir à le construire

 

                                                                                    Louis XIV 

Dernière mise à jour du site le
Parcourrez l'histoire de France (et d'Europe) au travers la généalogie des rois et des grands personnages du royaume : Biographie des Mérovingiens, Carolingiens, Capétiens, Valois, Bourbon, et autres grandes familles de l'histoire de France et d'Eurpe Parcourrez l'histoire de France (et d'Europe) au travers la généalogie des rois et des grands personnages du royaume : Biographie des Mérovingiens, Carolingiens, Capétiens, Valois, Bourbon, et autres grandes familles de l'histoire de France et d'Eurpe
Parcourrez l'histoire de France (et d'Europe) au travers la généalogie des rois et des grands personnages du royaume : Biographie des Mérovingiens, Carolingiens, Capétiens, Valois, Bourbon, et autres grandes familles de l'histoire de France et d'Eurpe