Parcourrez l'histoire de France (et d'Europe) au travers la généalogie des rois et des grands personnages du royaume : Biographie des Mérovingiens, Carolingiens, Capétiens, Valois, Bourbon, et autres grandes familles de l'histoire de France et d'Eurpe
Parcourrez l'histoire de France (et d'Europe) au travers la généalogie des rois et des grands personnages du royaume : Biographie des Mérovingiens, Carolingiens, Capétiens, Valois, Bourbon, et autres grandes familles de l'histoire de France et d'Eurpe Parcourrez l'histoire de France (et d'Europe) au travers la généalogie des rois et des grands personnages du royaume : Biographie des Mérovingiens, Carolingiens, Capétiens, Valois, Bourbon, et autres grandes familles de l'histoire de France et d'Eurpe

Chronique Louise de Savoie Carnet de Voyage

09/11/2015

 Le Carnet de Voyage de Louis 
 
s'ouvre
 
sur 

les Traçes de François Ier

 

Amboise :

www.chateau-amboise.com/fr/ 

l'enfance de François 1er

2435462017_b873e02603.jpg
 
 
 Edifié sur un promontoire rocheux surplombant la Loire, Amboise est le château où Francois Ier passa son enfance. Résidence et lieu d'éducation des princes et des princesses, Louise de Savoie y élève ses deux enfants, Marguerite d'Angoulême et François, futur roi de France
 

Château de Cognac

 

La naissance de François Ier 
 
Si la légende dit que Louise de Savoie, enceinte du futur roi et prise de douleurs lors d'une promenade aurait accouché au pied d’un ormeau,François Ier est bel et bien né le 12 septembre 1494 au château de Cognac. Pendant son règne, il fera construire la longue façade du château le long des quais 
 
 
 
 Château de Blois
 
 


Château Royal de BloisN

 

Résidence favorite des rois de France, le château de Blois s'illustre par sa richesse architecturale. Héritage de sa femme Claude, Francois Ierremodèle le château au goût Renaissance et confie la construction de la nouvelle aile à l'architecte italien Dominique de Cortone auquel on doit notamment

 

 

 

Photo 233

 

 
 
 
 
L'aile François Ier
L'aile François Ier est sans doute la plus remarquable. Lorsqu'il devient roi en 1515, François d'Angoulême, dit François Ier, fait construire l'aile nord du château. Elle est l'un des édifices majeurs de la Renaissance, en France. L'aile qui donne sur la cour est garnie d'un magnifique escalier à vis, desservant les différents étages d'appartements. Ses balcons permettent d'avoir une superbe vue sur les autres ailes de l'édifice. Pilastres, fenêtre à meneaux, moulures horizontales sont aussi du décor. 
Vous pourrez observer à de nombreux endroits la présence d'une salamandre, alors emblème royal. Le côté extérieur de l'aile, que l'on appelle la « façade des loges », est tout aussi remarquable. Son style correspond, en revanche, davantage à la Renaissance italienne. Elle est constituée de nombreuses loges, inspirées des loggias romaines. Vous y remarquerez aussi de belles gargouilles.
Votre visite à l'intérieur de l'aile François Ier vous enchantera sans doute. En effet, après avoir visitéle musée lapidaire, au rez-de-chaussée, vous découvrirez les appartements royaux qui ont été reconstitués au premier et au deuxième étage. Vous pénétrerez d'abord dans la salle des capitaines de garde. Celle-ci est ornée, de part et d'autre, de deux cheminées monumentales. Ces dernières datent de la Renaissance, même si leur décor a été revu par Félix Duban au XIXe siècle. Elles comportent donc beaucoup de dorures et de couleurs. Dans cette salle sont également exposées plusieurs pièces du mobilier du roi, souvent parées de tissus. Vous passerez ensuite dans la salle des gardes, dont les décors ont été conçus par Duban et peints par Vivet. Ici sont présentés différents éléments relatifs à la monnaie, ainsi que des armes d'hast. Ces dernières sont constituées d'un manche en bois et d'un pique métallique, et sont utilisées dans le cadre de combats rapprochés. Vous entrerez ensuite dans la très colorée galerie de la reine. Vous découvrirez ici une série de bustes et de portrait des acteurs ayant marqué la vie du château. Vous ferez alors connaissance avec, entre autres, Charles IX, Henri III de France, Henri IV. Puis, vous passerez ensuite dans la flamboyantechambre de la reine. Chambre Royale, c'est là que mourut Catherine de Médicis, en 1589. Sur les décors muraux, vous retrouverez un monogramme représentant un H et un C mêlés, pour Catherine et Henri. Découvrez ensuite, une toute petite salle, un peu sombre, que l'on appelle oratoire ; puis le cabinet de la reine. Cet endroit a conservé son décor de la Renaissance. Les murs sont ainsi recouverts de 237 panneaux sculptés qui dissimulent quatre placards secrets.
Après avoir gravi quelques marches et atteint le second étage, où se trouvaient les appartements d'Henri III à partir du XVIe siècle, vous entrerez dans le cabinet neuf, où vous serez frappé par l'absence de décor. Vous passerez ensuite dans ce qui est appelé la galerie Duban. Celle-ci regroupe des objets retraçant l’œuvre de celui à qui fut confiée la rénovation du château au XIXe siècle. Vient ensuite la visite de la salle de Guise. Dans cette salle sont rassemblées des peintures traduisant les guerres de religions qui battaient alors leur plein. Vous poursuivrez votre promenade dans l'histoire par la chambre du roi, aussi flamboyante que celle de la reine. C'est là que s'écroula le duc de Guise, Henri III ayant commandité son assassinat. 
 
 
 
 

Cathédrale Notre-Dame de Reims

www.cathedrale-reims.com 

 Couronnement de François Ier
 
Agé de 20 ans, François Ier est couronné roi de France le 25 janvier 1515à la cathédrale de Reims, chef-d'œuvre de l'art gothique et berceau du sacre des rois de France. Il règnera pendant 32 ans
 
 
 
Le Château de Chambord 
 
 
A Chambord s'élève la silhouette des tourelles et quelques 282 cheminées du château qui fit de François Ier, le "prince architecte". Plus vaste des châteaux de la Loire, Chambord était destiné à immortaliser la gloire et le rayonnement de François Ier. Construit sur le modèle des châteaux forts
Le château de Chambord est le plus vaste de tous les châteaux de la Loire. Il est inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco et classé en tant que monument historique. Fondé sous les ordres de François Ier entre 1519 et 1547, le monument représente un chef-d’œuvre architectural de l’époque de la Renaissance. Actuellement inscrit sous le nom d’établissement public industriel et commercial, le château possède un parc d’une superficie de 5 141 hectares. Un spectacle extraordinaire est offert par les terrasses du château de Chambord grâce à ses lanternes, ses escaliers et ses lucarnes. De nombreux symboles de la royauté sont également présents sur le site tels que les initiales de François Ier, les fleurs de lys, la salamandre couronnée ainsi que les candélabres enflammés.
 

Chateau de Brissac

www.chateau-brissac.fr 

Prés d'Angers, s'élève le plus haut château de France. Avec ses sept étages et quelques 204 pièces, le château de Brissac que l'on surnomme volontiers le "Géant du Val de Loire" fut acquis en 1502, par le premier seigneur de Brissac, René de Cossé, 
  

Le château de Brissac était à l'origine une forteresse médiévaleconstruite par les comtes d'Anjou au XIe siècle. Il fut reconstruit au XVe siècle par Pierre de Brézé, ministre du roi Charles VII. Le château fut racheté en 1502 par René de Cossé, dont les descendants habitent aujourd'hui encore les lieux. 

L'édifice fut gravement endommagé pendant les guerres de religion. Au début du XVIIe siècle, Charles de Cossé, premier duc de Brissac, entreprit d'importants travaux de restauration. Ceux-ci furent interrompus à sa mort et ne seront jamais achevés. C'est donc sous cette forme que le château de Brissac nous est parvenu et que nous le découvrons.
Le caractère inachevé du château de Brissac est visible sur sa façade, qui mélange le style médiéval des deux tours fortifiées à mâchicoulis et le style Renaissance du logis central. Celui-ci se distingue par sa hauteur : ses sept étages font du château de Brissac l'un des plus hauts de France. Avec ses 200 pièces, le projet était très ambitieux.
Le château de Brissac est situé dans un parc somptueux de 70 hectares, dans lequel chacun peut se promener à sa guise en suivant différents parcours proposés. Etang, rivière, hêtres centenaires et vignes constituent un cadre magnifique qui contribue à plonger le visiteur dans les riches heures du château. Mais c'est principalement sur la splendeur de sa décoration intérieure que le château de Brissac a construit sa réputation. On prêtera une attention particulière aux plafonds des différentes pièces, peints à la feuille d'or, ainsi qu'au mobilier et aux tapisseries.

La visite commence

le vestibule du château, duquel on accède au Grand Salon décoré de meubles du XVIIIe siècle et éclairé par des lustres en cristal de Venise. Des photographies posées sur les meubles donnent à cette pièce un air vivant, témoignant du fait que le château est toujours habité par le 13ème Duc de Brissac et son épouse la Duchesse. Au-dessus de la cheminée monumentale, un buste sculpté représente Charles II de Cossé, qui fit reconstruire le château au XVIIe siècle.

Au rez-de-chaussée également, on découvre la belle salle à manger dans laquelle ont aujourd'hui encore parfois lieu des réceptions. Vous y découvrirez, outre ses plafonds superbement décorés, un tableau de taille impressionnante représentant l'ancien château de Bercy construit au XVIIIe siècle pour la famille de l'actuelle Duchesse de Brissac.

On monte ensuite au premier étage en empruntant le majestueux escalier de style Louis XIII. On pénètre alors dans la Grande Galerie. Cette pièce de réception toute en longueur possède un remarquable plafond « à la française » peint en 1625. Elle mène à la Chambre Judith, dans laquelle se réconcilièrent provisoirement le roi Louis XIII et sa mère Marie de Médicis en 1620. Les murs de cette chambre sont ornés de belles tapisseries des Flandres datant du XVIe siècle et illustrant « les conquêtes d'Alexandre ». 

D'autres chambres sont à découvrir au premier étage. On visite ainsi la Chambre Mortemart, récemment restaurée. Elle possède un beau mobilier des XVIIe et XIXe siècle, notamment un très beau lit à baldaquin. Les murs sont couverts d'une suite de tapisseries représentant « les Dieux de l'Olympe ». La Chambre des Chasses tient son nom des tapisseries des Flandres qui ornent également ses murs. Celles-ci furent réalisées au XVIe siècle et figurent des scènes de chasse.

  

On pénètre ensuite dans la Galerie des Portraits, sur les murs de laquelle sont accrochés de multiples tableaux. Remarquez plus particulièrement le grand portrait de la veuve Clicquot. Cette pièce conduit à la charmante chapelle du château. Celle-ci est ornée de bas-reliefs qui furent réalisés par le célèbre sculpteur David d'Angers. Elle est également dotée de stalles très ouvragées de style Renaissance italienne.

Le dernier étage constitue le temps fort de la visite du château. On y découvre en effet une pièce remarquable : le théâtre ! Celui-ci fut construit à l'initiative de la marquise de Brissac, née Jeanne Say, qui entreprit la restauration du château à la fin du XIXe siècle. Passionnée d'opéra et elle-même interprète talentueuse, elle fit construire son propre théâtre dans un style Belle Epoque. On est émerveillé par les dorures et les draperies rouges qui décorent cette salle.

La visite se termine au sous-sol par le cellier du château, où l'on peut déguster et acheter du vin provenant des vignes du domaine. 
  
 
 
Chateau Clos Lucé 
 
 
Passionné par la Renaissance italienne, François Ier convie en 1516 le maître Léonard de Vinci en France. Après avoir traversé les Alpes à dos de mulet, la JocondeSaint Jean-BaptisteLa Vierge à l’Enfant avec sainte Anne sous le bras, Léonard de Vinci âgé de 64 ans s'installe au manoir du Clos Lucé..Léonard de Vinci a parcouru de nombreux domaines, et imagina avec des siècles d'avance les machines que l'on connaît. C'est sur l'invitation de François Ier que le peintre de la Renaissance est venu s'installer à Amboise en 1516. Le roi lui fait cadeau du manoir du Clos Lucé et demande en contrepartie de pouvoir échanger avec lui. Il souhaite que l'artiste y soit "libre de penser, de rêver et de travailler". Les deux hommes devinrent rapidement amis. De Vinci y vivra trois ans avant de s'éteindre le 2 mai 1519.

Le manoir
Bâti au XIIe puis rénové XIXe siècle, le manoir en brique rose et de pierre de tuffeau ressemble presque à une pâtisserie. Après avoir gravi l'étroite tour de guet, on débouche sur une petite galerie couverte. A la Renaissance, la Cour s'y amassait pour voir les féeries mises au point par de Vinci lors des fêtes qu'il orchestrait pour François Ier.

On visite ensuite la chambre à coucher du Maître où il mourut à l'âge de 67 ans après avoir reçu les saints sacrements. Parmi le mobilier, on peut voir un lit de la Renaissance, une banquette en bois sculpté d'une salamandre et une tapisserie d'Aubusson. De la fenêtre de celle-ci, on peut voir le château d'Amboise. Un croquis réalisé par le peintre montre le château tel qu'il le voyait depuis cette fenêtre à son époque. Un souterrain reliait le manoir et le château d'Amboise ce qui permettait au roi François Ier de venir rendre visite à l'homme De Vinci en toute discrétion.

« La sagesse est fille de l'expérience », « L'amour de quoi que ce soit est issu de la connaissance », « La nature n'enfreint jamais ses propres lois »… Sur les murs, des citations de De Vinci nous aident à nous plonger dans l'univers du maître.

Le cabinet de travail avec son mobilier italien et ses plats en étain fait plus penser à un salon qu'à un bureau. On imagine volontiers le génie installé à un bureau en train de réfléchir entouré de croquis et de plans. C'est pourtant là qu'il aurait dessiné les plans du château de Romorantin.

Un grand escalier où sont affichés portraits et maquettes conduit à l'oratoire d'Anne de Bretagne. Cette chapelle fut construite à la fin du XVe siècle par Charles VIII pour sa femme Anne de Bretagne. Cette dernière qui avait perdu deux enfants en bas âge y venait pour apaiser son chagrin. On remarque les belles fresques du plafond, peintes par l'atelier de Léonard de Vinci.

Ensuite se succèdent en enfilade un salon du XVIIIe siècle avec un beau mobilier d'époque Louis XV, un petit salon où est présentée une commode en marqueterie du XVIIIe, et une salle de réception aux belles dimensions où François Ier recevait seigneurs et artistes du royaume. La cuisine présente peu d'intérêt si ce n'est la grande cheminée devant laquelle De Vinci venait se réchauffer les soirs d'hiver.

Au sous-sol, une quarantaine de maquettes réalisées par IBM d'après les dessins du Maître illustrent l'étendue des créations de De Vinci. La byclette, le char d'assaut, la mitrailleuse à directions multiples, le roulement à billes, le compteur kilométrique et bien d'autres nous laissent admiratifs… On accède ensuite au jardin. La terrasse recouverte de jardins Renaissance offre une belle vue sur le château d'Amboise.

Le parc Leonardo da Vinci
La nature l'a tellement inspiré qu'il était logique d'associer les créations de l'artiste à celle-ci. Ainsi un parcours original dans un parc verdoyant parcouru de cours d'eau permet de découvrir une douzaine de machines géantes. On peut même en tester certaines. On emprunte ici le pont tournant, on appréhende là le principe de la perspective,… Des points d'écoute en plusieurs langues fournissent plus de détails sur certaines thématiques comme « Léonard et l'anatomie »
 

Suivons François Ier en Sologne 
 
 
 
 Romorantin
 
 
 
 
Au coeur de la Sologne, Romorantin vit naître Claude de France, future reine et épouse de François Ier, tandis que ce dernier y passa une partie de son enfance. En 1516, François Ier commande un projet d'urbanisme pharaonique à Léonard de Vinci pour Romorantin qu'il souhaite transformer en capitale du royaume 
 
 
 
 château de Villers-Cotterêts 
 
 
 
Edifié parFrançois Ier entre 1532 et 1540, le château de Villers-Cotterêts, qu’il appelait volontiers " mon plaisir " était l’une des résidences favorites du souverain et l’un des châteaux qu’il fréquenta le plus durant son règne. Situé dans l’Aisne, l'édifice abrite l'un des ensembles sculptés les plus imposants de France
 
"Dans tous les cas, on voit que si le château  était considérable, pour son étendu et ses dépendances, il nétait point décoré avec luxe à l'intérieur: point de parquet, point de tapis, de la paille partout, même pour les lits; peu de meubles, des tables, de mauvais sièges en bois et de rustiquesétagères, voila à peu près tout ce qu'on aurait trouvé si l'on avait visité pendant le séjour du roi." 
 
Le fac simulé de l'ordonnance de Villers-Cotterêts qui exigent des juges et notaires que pratiquement tous les actes de la vie soient écrits en français. C'est bien a Villers que le français commence officiellement son existence.
 
 
 

Panorama-85--16.05.2012.JPG 
 
 
Ainsi se referme le Carnet de voyage de Louise de Savoie 
Dernière mise à jour du site le
Parcourrez l'histoire de France (et d'Europe) au travers la généalogie des rois et des grands personnages du royaume : Biographie des Mérovingiens, Carolingiens, Capétiens, Valois, Bourbon, et autres grandes familles de l'histoire de France et d'Eurpe Parcourrez l'histoire de France (et d'Europe) au travers la généalogie des rois et des grands personnages du royaume : Biographie des Mérovingiens, Carolingiens, Capétiens, Valois, Bourbon, et autres grandes familles de l'histoire de France et d'Eurpe
Parcourrez l'histoire de France (et d'Europe) au travers la généalogie des rois et des grands personnages du royaume : Biographie des Mérovingiens, Carolingiens, Capétiens, Valois, Bourbon, et autres grandes familles de l'histoire de France et d'Eurpe